PRESENTATION AOC Condrieu - Le vignoble de l’appellation Condrieu se situe dans la vallée du Rhône, à 40 Km environ au sud de Lyon, et à 10 Km de Vienne. Il s’étend sur une centaine d’hectares, au carrefour de trois départements, et est réparti sur 7 communes, Condrieu dans le Rhône, Vérin, Saint Michel sur Rhône, Chavanay, Malleval, Saint Pierre de Boeuf, dans la Loire, et Limony dans l’Ardèche. Les vignes croissent sur la rive droite du Rhône, sur les coteaux escarpés au pied du massif du Pilat. La pente y est telle, souvent plus de 50 %, que seule la culture en terrasse est possible. Le seul cépage autorisé est le viognier doré. LE TERROIR Le vignoble de Condrieu se situe en bordure orientale du Massif Central, formé pendant l’ère Primaire, il y a environ 350 millions d’années. Les principales roches qui constituent ce massif sont des formations « cristallines » c'est-à-dire des roches magmatique–plutoniques comme les granites, et des roches métamorphiques, comme les schistes, les gneiss et les migmatiques; Les événements qui se sont succédés depuis l’Ere Primaire jusqu’aux périodes les plus récentes, ont abouti dans cette partie de la vallée du Rhône septentrionale, à une morphologique particulière, qui constitue l’un des critères fondamentaux du développement du vignoble de l’Appellation Condrieu. La rive droite de la vallée du Rhône, à cet endroit, est caractérisée par la présence d’un relief extrêmement contrastée. Le vignoble a élu domicile sur les pentes très vives qui assurent la transition entre les terrasses alluvionnaires du fond de vallée et le « Plateau de Pelussin ». Les vignes est accrochées à la roche-mère grâce à des terrasses (appelées localement chayées) nombreuses, étroites, exigeant un soin permanent. CARTE D'IDENTITE DE L'AOC CONDRIEU Appellation d’Origine Contrôlée depuis 1940. Couleur : Blanc. Cépage : Viognier. Surperficie AOC : 250 ha. Surface de production : environ 140 ha. Communes : Condrieu, St Michel sur Rhône, Vérin, Chavanay, St Pierre de Boeuf, Malleval, Limony. Départements : Rhône, Loire, Ardèche. Sol : granites décomposés. Particularités : vignoble en terrasses,orientation sud/sud est. Altitude : 250 m environ. Rendement maximum autorisé : 37 hl/ha. Production moyenne annuelle : 4000 hl. LE CEPAGE VIOGNIER L'encépagement de l'AOC Condrieu est constitué d'un seul cépage, le viognier doré. Histoire Selon la légende, le viognier est un cépage d'origine dalmate, apporté en France par l'empereur Probus. Les dernières recherches Son origine réelle semble être les vignes sauvages des Côtes du Rhône septentrionales. En effet, pendant assez longtemps le viognier n'est connu que par le vin de Condrieu, sur une superficie assez réduite. La grande attaque de phylloxéra puis la Première Guerre mondiale provoque un abandon des vignes, et le viognier survit à peine sur quelques hectares (8 ha en 1965). En 1986, il ne reste que 20 ha plantés en viognier, à Condrieu. Peu à peu l'appellation va être redressée et la superficie plantée se développer jusqu'à atteindre les 110 ha actuels. Le viognier va alors s'exporter hors des frontières de Condrieu, que ce soit dans le Midi de la France ou à l'étranger. En l'an 2000, il y avait en France 2359 ha plantés en viognier (source : recensement agricole 2000). Régions d'utilisation En France, c'est le cépage unique du condrieu, vin rare, et recherché des amateurs, ainsi que de son voisin, le Château-Grillet. Il est également traditionnellement le complément de l’encépagement de Côte-Rôtie (jusqu’à 20% de complantation avec la Syrah). Depuis les années 1990, il est également apprécié dans le Midi de la France, en complément d'autres cépages, ou en cépage unique. À l'étranger, le viognier est utilisé en Italie, Espagne, Grèce, Suisse ou encore Autriche. Mais c'est hors d'Europe qu'il a le plus de succès. C'est l'un des grands cépages blancs américains, principalement en Californie. Il est également très populaire en Australie où il représente 70% de la surface plantée en blanc et produit des vins plutôt bon marché. Description L'identification fait appel: à l'extrémité du jeune rameau qui présente une densité moyenne à forte de poils couchés, aux jeunes feuilles de couleur verte à plages légèrement bronzées. aux feuilles adultes de couleur vert clair ou vert moyen, de taille petite à moyenne, orbiculaires, à trois ou cinq lobes, avec un sinus pétiolaire ouvert à peu ouvert, des sinus latéraux inférieurs peu profonds, des dents moyennes à côtés rectilignes ou convexes, une pigmentation anthocyanique des nervures nulle, un limbe bullé, frisé sur les bords et face inférieure, une densité faible à moyenne, des poils dressés et couchés. aux baies qui sont de forme arrondie. Phénologie Époque de débourrement : comme le Chasselas, Époque de maturité : 2éme époque, 2 semaines et demie après le Chasselas, Aptitudes culturales et agronomiques Ce cépage est généralement palissé (il est parfois un peu sensible au vent), conduit en taille longue modérée, avec une densité de plantations assez élevée. Cultivé tradition¬nellement en terroirs acides. Il se montre bien adapté en zone méridionale aux sols suffisamment profonds, mais pas trop fertiles, pour éviter les risques de sécheresse. Son débourrement précoce l'expose aux gelées de printemps. Sensibilité aux maladies et aux ravageurs Le Viognier ne présente pas de sensibilité particulière aux maladies. Il n'est pas trop sensible à la pourriture grise. Potentialités technologiques Les grappes et les baies sont petites. Le Viognier par ses caractéristiques variétales permet, dans des conditions favorables, d'élaborer des vins très aromatiques (abricot. pêche,...), complexes, puissants et de grande qualité. Il donne des vins chaleureux (potentiel d'accumulation des sucres élevé), gras mais manquant un peu d'acidité et présentant parfois une légère amertume. Il peut être aussi utilisé pour élaborer des vins moelleux, effervescents ou encore être associé (5, 10 % et autrefois plus) avec d'autres raisins (en particulier de la Syrah) pour obtenir des vins rouges auxquels il apporte finesse et arômes. Sélection clonale Il n'existe qu'un clone agréé très multiplié ces dernières années. Un programme important de sélection a été relancé pour multiplier de nouvelles souches saines. Les possibilités de sélection sont limitées par le mauvais état sanitaire de la population (restreinte) constituant le vignoble traditionnel du Viognier dans la région de Condrieu. NOUVELLES SÉLECTIONS: L'appellation Condrieu, presque abandonnée et dont il ne restait qu'une dizaine d'hectares dans les années 70, a été largement re¬plantée depuis, puisqu'elle dépasse aujourd'hui les 110 ha. L'essentiel a été replanté à partir de sélections massales sur les vignes rescapées, l'unique clone certifié s'étant révélé moins qualitatif. De ce fait il a été peu planté dans l'aire d'AOC, bien que beaucoup d'anciens ceps soient virosés. A terme cela risquait de mener à la perte de la variété génétique du cépage. Avec le soutien de l'ENTAV et des Chambres d'Agriculture, le Syndicat de l'Appellation a donc décidé de réagir et de créer un conservatoire pour isoler les souches anciennes les plus intéressantes. Ce conservatoire mis en place en 2001, ne comprend que des souches indemnes de vi¬roses. Il permettra soit une nouvelle sélection clonale, soit des sélections massales saines. Géologie et pédologie de l’AOC CONDRIEU DONNEES GENERALES Les événements qui se sont succédés au cours des temps géologiques, jusqu’aux périodes les plus récentes, dans cette partie de la vallée du Rhône septentrionale, ont abouti à l’existence de dispositifs pétrographiques structuraux et morphologique particuliers, fortement liés les uns aux autres, qui constituent l’un des critères fondamentaux du développement du vignoble de l’Appellation Condrieu. La rive droite de la vallée du Rhône, entre Saint Romain en Gal et Serrières, est caractérisée par la présence d’une topographie extrêmement contrastée; en effet, les alluvions récentes du Rhône, organisée en terrasses dépourvue de relief (altitude moyenne 140 m), viennent frapper les pentes très vives qui assurent le passage entre ces dernières et un plateau mouvementé (altitude moyenne 350m), le “plateau de Pélussin”.Le vignoble a élu domicile sur les pentes en question, sous forme de lambeaux dispersés ou de colonies plus conséquentes, les uns comme les autres toujours accrochés à la roche-mère grâce à des banquettes (appelées localement chayées) nombreuses, étroites, exigeant un soin permanent. DONNEES LITHOLOGIQUES Les formations lithologiques qui se trouvent sur le territoire des communes comportant l’AOC Condrieu appartiennent à des âges très différents. Elles matérialisent le contact brutal qui existe en ce lieu entre la bordure orientale du Massif Central et la Vallée du Rhône. Terrains Primaires Ils constituent les pentes vives comprises entre les basses terrasses alluviales des bords du Rhône et le plateau de Pelussin, ainsi que le plateau lui-même. Ce sont des roches magmatiques, parmi lesquelles dominent les granites (Condrieu, Vérin, St Michel, Chavanay) et des roches métamorphiques, leptynites et anatexites (nord de Condrieu, ouest de Verlieu (commune de Chavanay), sud de Chavanay, St Pierre de Boeuf) Ces roches possèdent une composition minéralogique assez semblable, caractérisée par les minéraux suivants : quartz, mica blanc et noir, feldspaths Toutes ces roches offrent une assez bonne résistance à l’érosion mécanique, ce qui explique en partie la présence des pentes accentuées qui supportent le vignoble. Terrains quaternaires Loess : lors des dernières glaciations, il y a 15000 ans environ, les glaciers des Alpes se trouvaient à quelques kilomètres de la vallée, de climat steppique et glacé. Des vents violents soufflaient transportant des particules minérales, calcaire, quartz et argiles, en grandes quantités; Ces matières se sont déposées à l’avant des glaciers, formant des placages de loess. Il en reste aujourd’hui quelques rares témoins, visibles surtout à St Pierre de Boeuf et Chavanay. En conclusion, les terrains de l’AOC Condrieu appartiennent presque exclusivement au granites et roches métamorphiques de l’ère primaire, et pour une très modeste part, aux placages de loess. Ces roches de l’ère primaire ont un fort pouvoir d’accumulation de chaleur, et par là, concourent à une bonne maturation du Viognier à Condrieu. DONNEES STRUCTURALES Certains événements ont possédé une influence déterminante sur ces roches. En effet, au cours des temps géologiques, des efforts tectoniques intenses les ont affectées. Il en est résulté un certain nombre de déformations cassantes, dont le rôle sur leur comportement est tout à fait fondamental. Phases tectoniques majeures, failles et fractures. La première phase tectonique, d’importance majeure appartient à l’orogénèse hercynienne à la fin de l’ère primaire. Elle se traduit par des cassures, des failles, ou des fractures, apparues à la suite de compressions horizontales. Ces accidents sont systématiquement orientés NE-SW. La seconde, ressentie avec peu d’intensité sur la bordure orientale du Massif Central, correspond à l’orogénèse alpine, beaucoup plus récente. Elle a permis la réactivation des anciennes failles. Fracturation à l’échelle de l’affleurement. Accompagnant les phases tectoniques majeures, existe une fracturation mineure qui affecte les roches éruptives et métamorphiques à l’échelle du mètre et du décimètre. Ces fractures sont parfaitement visibles sur la totalité des affleurements visibles de la région. Ce sont elles qui ouvrent la voie aux infiltrations d’eau venant de la surface. Cette micro-fracturation est donc fondamentale : elle favorise la pénétration de l’eau dans les roches, donc le développement des phénomènes d’altérations liés à l’activité des sols. A ce titre elle conditionne la présence des chayées où la vigne s’épanouit. PEDOGENESE ET ALTERATION Description Depuis l’ère primaire, les roches ont subi à plusieurs reprises les effets des altérations chimiques et biochimiques, qui, sous les climats tropicaux d’autrefois ont provoqué la disparition de volumes considérable de roches. Plus aucune trace de ces altérations majeures ne peut être reconnue aux alentour de Condrieu. De nos jours le climat est peu agressif, pourtant, les sols végétalisés qui entourent la roche-mère engendrent une forme très modérée d’altération. Il existe donc une “pédogénèse active”, liée aux sols et aux circulations d’eaux qui les parcourent. Les granites et les roches métamorphiques sont très sensibles à l’altération et à la pédogénèse actuelle, dont le schéma est le suivant : Le quartz, minéral résistant, n’est pas touché par la pédogénèse sous nos climats Les feldspaths ont une architecture très favorable à l’altération sous l’influence de l’eau. Ce sont des silicates qui se dégradent en deux catégories de produits : Les éléments qui partent en solution avec les eaux traversant le sol (potassium, sodium, calcium) Des silicates d’alumines (argiles), qui se forment à l’endroit où se trouvaient initialement les feldspaths Les micas qui sont également des silicates, mais qui s’altèrent moins facilement que les feldspaths, en donnant du potassium, du fer et du magnésium solubilisable. En conclusion, on peut dire que les diverses attaques subies par ces roches se concrétisent par, l’effacement de leur structure initiale, l’acquisition d’une nouvelle perméabilité, et une “argilisation” partielle. Organisation des produits altérés : Le granite sain occupe les parties profondes des affleurements A l’intérieur de la frange altérée, la roche a une allure friable; les fractures sont riches en argiles. Ces fissures deviennent les lieux privilégiés de l’installation du système radiculaire de la vigne, qui trouve là une discontinuité physique propice à sa progression, et une réserve hydrique fournie par les argiles. Voilà pourquoi les pentes brûlées par le soleil des coteaux de l’AOC Condrieu présentent, sauf lors d’années exceptionnellement sèches, un vignoble en excellente santé. L’épiderme de cette frange, toujours peu épais sur les pentes est constitué de minéraux altérés ou intacts, de fragments de roches et d’argiles; il s’agit de la partie meuble du substrat. Enfin l’action de l’homme a contribué a mobilisé les parties meubles et à les retenir grâce aux chayées, ce qui permet la formation d’un sol plus riche en matière organique et la mise en place d’un profil dans lequel les argiles sont accumulées en profondeur. Source : rapport de la commission d’enquête nommé par l’INAO en 1986, lors de la restructuration de l’aire d’appellation Histoire du vignoble Le berceau du cépage viognier se situe à Condrieu et sur les coteaux des villages voisins. Ce cépage n’était, jusqu'à une époque récente, connu qu’à cet endroit. La tradition le dit apporté par l’Empereur Probus des côtes Dalmates. Il semble en fait qu’il soit d’origine locale. Le site de Condrieu, comme toute la vallée du Rhône, est depuis longtemps occupé par l’homme. Il fut d’abord village gallo-romain avant de devenir la propriété de l’Eglise de Lyon. Le château qui domine la ville fut construit au XIIe siècle par l’archevêque, afin de résister aux multiples attaques de ces temps troublés. Condrieu, de même que St Michel et Verin, fut le berceau des courageux mariniers du Rhône, qui pendant des siècles, assurèrent par voie d’eau les transports entre Lyon et Beaucaire. La réputation des vins blancs de Condrieu est grande depuis des générations. Les papes d’Avignon l’appréciaient, au XVIe siècle le Chapitre lyonnais l'offrait aux invités de marques. Plus près de nous Curnonsky le citait pour un des plus grands vins blancs de France. Malheureusement, le phylloxera, la guerre de 14-18, la crise des années 30, conjugués à l’industrialisation de la région, firent en grande partie abandonner le vignoble. Le marché aux vins de Condrieu, le plus ancien de la région (il existait avant celui d’Ampuis) disparut dans les années 50....faute de vignerons. Il ne resta bientôt plus qu’une dizaine d’hectares cultivés, bien qu’une zone de 170 ha environ ait été définie en 1940 comme zone de production de l’Appellation d’Origine Contrôlée Condrieu lors de la création des A.O.C., puis que cette zone ait été étendue à 387 ha en 1967. En 1975 un rapport d’étudiant s’intitule : “le viognier est-il condamné ?”, avec comme seule perspective d’avenir envisagée, l’abandon des coteaux à la friche ou la culture mécanisée...... là où est elle est possible ! Heureusement, le vignoble, maintenu à la force du poignet par quelques amoureux du viognier, bénéficia dans les années 80 du même dynamisme qui agitait les vignobles voisins de Côte Rôtie et St Joseph. Les coteaux abandonnés ont été replantés, les murettes sont maintenant reconstruites. En 1986 les vignerons producteurs de vin de Condrieu, ayant réglé les problèmes les plus urgents de survie du vignoble, devant des demandes de plantation croissantes ont regardé la qualité des différentes parties de l’AOC. Tous ces terroirs n’étant pas d’égale valeur, le Syndicat de défense de l’AOC Condrieu a souhaité, dans un souci de qualité des vins, exclure certains quartiers de l'appellation; L’enquête de l’INAO a abouti à une nouvelle délimitation de 262 ha. Le tiers de la délimitation de 1967 a donc été exclu, pour ne garder que les coteaux les mieux exposés, là où le viognier atteint ses meilleures maturités. De tout temps (voir les reproductions des pages suivantes) le vin de Condrieu a été connu comme un vin doux, récolté souvent vers la Toussaint. Depuis le début de XXe siècle, on commence à trouver des vins vinifiés en sec; à partir des années 50 la majorité des Condrieu sont des vins secs, bien qu’il se soit toujours fait quelques barriques de “viognier doux”. Ce n’était plus alors forcément des vins récoltés à surmaturité, comme autrefois, mais souvent des vins bloqués, système qui a maintenant presque totalement disparu. Une fois la replantation du vignoble en bonne voie (il dépasse maintenant les 110 ha plantés), l’aire de production ramenée aux meilleurs coteaux, un certain nombre de vignerons, devant les années de très belles maturités fréquentes depuis 1990, ont essayé de retrouver le Condrieu doux d’autrefois. Les premières expérimentations ayant été satisfaisantes, de plus en plus de vignerons s'intéressent à ces vendanges surmaturées et en vinifient quelques barriques. Le total représente 3 à 4 % du volume total de l’appellation Condrieu. Les vins de Condrieu sont donc majoritairement des vins vinifiés en sec, mais très riches et parfumés, grâce au cépage viognier qui trouve ici son lieu de plus grande expression. RECETTE Grosses Langoustines Cuites au Sel et aux Aromates, Gnocchi et Tomates Confites, Beurre soufflé au Vinaigre de Riz et Thé d’Abyssinie. P.S : Recette pouvant se réaliser indifféremment avec Grosses Moules, Homard ou Coquilles Saint-Jacques. Ingrédients pour 8 Personnes : 16 Pluches de Cerfeuil (Décoration) 16 Pièces de Langoustines décortiquées en conservant le bout de la queue. 500 grs de gros sel. Les peaux d’un citron vert ou jaune. 2 Gousses d’ail – 3 Branches de fenouil sec – 4 Branches de Romarin. 8 Branches de Thym frais- 4 Branches de sarriette – 1 dl d’huile d’olive – 1 trait de vin blanc sec. Ingrédients des Gnocchis et des Tomates Confites : Tomates Confites : Mettre à sécher à four très doux 16 quartiers de tomate avec l’huile d’olive, thym, ail, sel, poivre et sucre. Après dessèchement, réserver dans un pot en grès dans l’huile au frais Gnocchis au Citron Vert : 200 gr de gros sel, ail, thym, laurier pour la cuisson des pommes de terre pour 250 gr de purée de pommes de terre « Mona Lisa » 1 oeuf de 50 gr et ½ jaune d’oeuf, 15 gr de zestes de citrons verts, 130 gr de farine fluide, sel, poivre, noix de muscade Beurre monté pour faire les gnocchis : 20 gr de beurre, 20 cl de bouillon de poule réduit, sel et poivre Beurre soufflé au vinaigre de riz : 30 grs d’échalotes ciselées plus 10 grs d’oignons blanc. 1 petit bouquet garni – 40 grs de beurre frais. 15 cl de vinaigre de riz – 15 cl de vin blanc sec. 1 pincée de sel – 1 pincée de gingembre. 1 cuillère à café de sucre glace ou un filet de miel. 30 cl de bouillon de légumes corsé. 1 trait de soja sauce. 5 grs de fleurs d’hibiscus (Thé d’Abyssinie) Déroulement de la recette : Faire mariner environ 2 heures les langoustines dans un plat creux, avec les peaux de citron et les gousses d’ail coupées en deux, réserver au frais. Dans une cocotte de fonte disposer le gros sel sur une épaisseur de 5 cms environ. Poser dessus le fenouil sec les branches de romarin, thym et sarriette, les peaux de citron de la marinade et les gousses d’ail. Couvrir et laisser chauffer à sec le sel jusqu’au moment de la cuisson. Disposer sur un plat les tomates séchées et les faire tiédir. Gnocchis : Cuire les pommes de terre au four avec la peau sur du sel gros, avec l’ail le thym, et le laurier. Dés la sortie du four, les éplucher et les tamiser en fine purée. Ajouter la farine en pluie, le jaune et l’oeuf et le vert d ‘épinard ainsi que les zestes de citron, sel, poivre et noix de muscade. Malaxer le tout pour obtenir une pâte homogène et fabriquer des rouleaux de 1.5 cms à 2 cm de diamètre. Puis détailler les gnocchis et les façonner à la fourchette. Les pocher dans de l’eau bouillante salée avec de l’huile d’olive. Egoutter les gnocchis sur torchon avant utilisation. Les faire revenir à la minute dans du beurre monté. Beurre soufflé : Faire revenir avec 10 gr de beurre les échalotes ciselées et l’oignon blanc. Ajouter le bouquet garni, le gingembre, le sucre glace ou le miel, déglacer avec le vinaigre de riz et le vin blanc réduire de moitié. Ajouter le bouillon de légumes. Affiner le tout avec un trait de soja. Puis monter au beurre. Saler, poivrer et mixer fin l’ensemble. Réserver. Beurre rouge : préserver un peu du bouillon du premier beurre, mettre infuser le thé d’Abyssinie puis monter au beurre et mixer jusqu’à obtenir un beurre rouge. Réserver. Cuisson des langoustines : Vérifier que le sel soit bien chaud. Poser les langoustines préalablement légèrement assaisonnées sur le sel et les aromates. Déglacer le sel avec un filet de vin blanc et d’eau. Fermer le couvercle et laisser cuire environ 30 secondes. Service : Très vite, dès la fin de cuisson disposer sur chaque assiette 2 langoustines, 3 gnocchis juste réchauffés et 2 quartiers de tomates confites. Déposer sur les assiettes un peu de chacun des deux beurres. Décorer avec le cerfeuil. Accompagner d’un Condrieu. LES VIGNERONS ARMELLIE Paul René Chantel - 42520 MALLEVAL BADIOU Didier et Gilbert 2 La Ribaudy - 42410 CHAVANAY BARGE Gilles 8 Bd des Allées - 69420 AMPUIS BAROU Emmanuel Picardel - 7340 CHARNAS BENETIERE Pierre 42 grande rue - 69420 CONDRIEU BERAUD Olivier Chezenas - 42520 ST PIERRE DE BOEUF BERNARD Frédéric et Stéphane DOMAINE GUY BERNARD RN86 - 69420 TUPIN-SEMONS BETTON Laurent 5, La Côte - 42410 CHAVANAY BOISSONNET Frédéric DOMAINE BOISSONNET rue de la voute - 7340 SERRIERES BONNEFOND Patrick et Christophe DOMAINE BONNEFOND Mornas - 69420 AMPUIS BONSERINE DOMAINE DE BONSERINE 2 chemin de la vialliere/verenay - 69420 AMPUISBOU CHER Gerard Vintabrin - 42410 CHAVANAYBRACOUD Francois 28 rte de st prim - 38370 ST CLAIR DU RHONE CHAMBEYRON Bernard Boucharey - 69420 AMPUIS CHAPOUTIER SA BP 38 - 26600 TAIN L'ERMITAGE CHARDON Noel montée de la Caille - 69420 CONDRIEU CHEZE Louis DOMAINE CHEZE Pangon - 7340 LIMONY CHIRAT Gilbert Le Piaton - 42410 ST MICHEL / RHONE CHOL Didier DOMAINE DE BOISEYT-CHOL RN 86 - 42410 CHAVANAY CLERC Louis Gerbey - 38121 CHONAS L' AMBALLAN CLUSEL-ROCH Gilbert et Brigitte DOMAINE CLUSEL-ROCH 15 rte du Lacat/Verenay - 69420 AMPUIS COROMPT François. RN 86 - 42410 VERIN CUILLERON Yves CAVE YVES CUILLERON 58 RN 86 Verlieu - 42410 CHAVANAY DAUBREE Lucette et Martin DOMAINE DE CORPS DE LOUP Corps de loup - 69420 TUPIN SEMONS DUMAZET Marie Paule RN 86 - 7340 LIMONY FACCHIN Christian Les Grand'Maisons - 42410 VERIN FARJON Thierry Martel - 42520 MALLEVAL AURY Philippe La Ribaudy - 42410 CHAVANAY FINON Pierre Picardel - 7340 CHARNAS FLACHER DOMAINE FLACHER le village - 7340 CHARNAS GAEC de la FAVIERE DOMAINE DE LA FAVIERE Chez Favier - 42520 MALLEVAL GAILLARD Pierre Chez Favier - 42520 MALLEVAL GANGLOFF Yves et Mathilde 2 rue de la garenne - 69420 CONDRIEU GARAYT Annie 7 imp Heurtier - 42000 ST ETIENNE GERARD Francois Côte Chatillon - 69420 CONDRIEU GERIN Jean-Michel et Monique DOMAINE GERIN Jean-Michel 19 rue de Montmain - Verenay - 69420 AMPUIS GRENIER Philippe DOMAINE DES AMPHORES 7 richagnieux - 42410 CHAVANAY GUIGAL DOMAINE GUIGAL Château d'Ampuis - 69420 AMPUIS JABOULET PAUL JABOULET AINE Les jalets - 26600 LA ROCHE DE GLUN JURIE DES CAMIERS BISSUEL Edith 27 rue de Pressensé - 69100 VILLEURBANNE LAFOY Yves 8 rue du Vagnot - 69420 AMPUIS LEZIN Jean-Pierre Verlieu - 42410 VERLIEU ?? 04 74 87 22 97 FAX : 04 74 87 22 97 MARTHOURET Pascal les coins - 7340 CHARNAS MARTHOURET Laurent les Rotisses - 7340 CHARNAS MERLIN Francois Le Bardou - 42410 ST MICHEL / RHONE MONTEZ Stéphane VIGNOBLES MONTEZ Domaine du Monteillet - 42410 CHAVANAY MORION Didier Epitaillon - 42410 CHAVANAY MOURIER Xavier Domaine de Pierre Blanche - 42410 CHAVANAY MOUTON Père et fils DOMAINE MOUTON Le Rozay - 69420 CONDRIEU NIERO Robert et Remi DOMAINE NIERO impasse du pressoir, rue de la mairie - 69420 CONDRIEU OTHEGUY Stephane Chemin chez maurice - 38138 LES COTES D'AREY PARET Alain GFA NEBADON Place de l'église - 42520 ST PIERRE DE BOEUF PERRET André 17 RN 86 Verlieu - 42410 CHAVANAY PICHON Christophe 36 le Grand Val - 42410 CHAVANAY PORTE-VINCENT SCEA 8, Rue Cuvillière - 69420 CONDRIEU RICHARD Hervé et Marie Thérèse DOMAINE RICHARD RN 86 Verlieu - 42410 CHAVANAY ROCHER Eric DOMAINE DE CHAMPAL quartier champal - 7370 SARRAS ROCHEVINE SCEA CAVE ST DESIRAT - 7340 ST DESIRAT ROUVIERE Marc et Dominique Le Pêcher - 42410 CHAVANAY RUARD Gerald Chanson - 42520 MALLEVAL VALLET DOMAINE VALLET la croisette RN 86 - 7340 SERRIERES VERNAY Christine DOMAINE GEORGES VERNAY 1 route Nationale - 69420 CONDRIEUVERNAY Jacques Le Biez - 42520 ST PIERRE DE BOEUF VERZIER Philippe DOMAINE CHANTEPERDRIX Izeras - 42410 CHAVANAY VIENNE LES VINS DE VIENNE bas seyssuel - 38200 SEYSSUEL VILLABEA G. et S. Villano, B. Leclercq DOMAINE VILLABEA 111, route nationale 86 - 69420 CONDRIEU VILLARD Francois Montjoux